paris_hommage_republique-virginie de galzain.jpgParis, place de la République, 18 novembre 2015 © Virginie de Galzain

Paris, 16 novembre 2015

J’ai beau essayer, les mots ne viennent pas, sidérée face à tant d’horreur proche, d’inhumanité, de violence. Mes plus sincères pensées vont à ceux qui ont perdu un des leurs, à ceux qui luttent à l’hôpital, à ceux qui vont vivre avec la mémoire de cette nuit noire. À ceux que j’aime.

Mes pensées aussi pour celles et ceux qui éprouvent ces réalités jour après jour, dans d’autres nombreux pays pour lesquels on semble considérer cela « normal ». Pour eux, pas de lever des couleurs, pas de reprise de l’hymne national, pas de manifestations de soutien.

Mes pensées enfin à ceux qui engagent leur existence, pour protéger la nôtre.

Rester unis, cela ne doit pas seulement être un élan post-attentat : c’est un réel enjeu de vie. À quand une manifestation mondiale pour la paix pour tous ? C’est un appel.

.

Advertisements